Ménage interne et externe / Housecleaning In and Out

Ménage & chambre

J’ai toujours été persuadée que faire le ménage chez soi relève bien plus que faire un simple ménage extérieur: ma théorie est que cela permet de faire de l’ordre et de créer un nouvel espace à l’intérieur et dans sa vie – à un niveau plus subtil – pour accueillir de nouvelles choses.

Je me suis même dit  que j’écrirais dessus en mode “Journal d’une bordélique organisée” ou “Créer de l’espace au sous-sol de ses pensées par le ménage” 😉 J’avais décidé d’être mon propre cobaye avec des stratégies pour mener la vie dure à la poussière et l’accumulation mais aussi des plans pour me motiver face à cette bataille. Certes, nettoyer (avec du pschiiit) est une chose, mais jeter et vider en est une autre. En voyant des tas ici et là qui se cristallisent au fil du temps, cela devient de plus en plus difficile (en tout cas pour moi) de déplacer les monts bien ancrés.

Dans un moment de grâce en surfant sur le net, les astres du ménage m’ont fait tomber sur des livres de Dominique Loreau (oui, encore! pour ceux qui ont lu l’article “L’Art de la Simplicité”) sur quel sujet?… le ménage!!! 🙂 Ainsi donc, mon idée révolutionnaire existait déjà, déclinée à toutes les sauces haha 😀 (un titre qui a bien fait rire le vendeur de la Fnac en lui demandant l’emplacement d’ “Entretien avec son évier” de Marla Cilley). Je me suis dit qu’il fallait que mon mental prenne des vitamines pour se motiver, ces minéraux étant à base de livres et conseils inspirés. Quand on n’y arrive pas seule, cherchons ailleurs. Ca peut faire rire, mais j’ai sérieusement la sensation que si cela m’est pénible et constamment repoussé à plus tard de vider certaines choses, c’est parce qu’il y a des mécanismes anciens à délier dedans. Un titre a parfaitement résumé ma pensée “Faire le ménage chez soi, faire le ménage en soi: Et si faire le ménage était une thérapie?” Je suis encore en plein processus. Mon 1er livre d’attache fut “L’Art de l’Essentiel: jeter l’inutile et le superflu pour faire de l’espace en soi” qui prône  le retour à des valeurs plus simples et à l’art du désencombrement. Simple mais efficace. Pourtant, mon “mal” requiert plus de médicaments livresques (et de pratique!).

Cependant, je vois quand même une évolution 🙂 Le ménage, c’est comme monter une pente à vélo: on se dit “allez, une pause”, mais on recule si c’est le cas. Pourtant, je fais des pauses (de 2 semaines) et j’essaie de ne pas me sentir coupable. Dans chaque challenge, c’est important d’accepter son rythme. Sans se juger (il y a déjà assez de jugement externe pour éviter de s’auto-flageller n’est-ce pas?)

*************

I have always felt that doing the housework means much more than cleaning outside: my thought is that it allows to clean, and create a new space and balance Inside, within one’s life, at a more subtle level, in order to make new creations. I even had the idea to write about the topic (with titles like “Diary of an organized and messy girl” or “How to create space in the ground floor of my thoughts thanks to housecleaning” 😉 I had decided to be my own “guinea pig” but also plans to motivate myself throughout that battle.

Yet, cleaning is different from being able to throw things and make space. Mounts of things and papers here and there are even more difficult with time which goes forward… As if mess and letting oneself out of the way are getting roots throughout days, weeks, months and years… One day, I went on internet and discovered “at random” (or maybe the fairies of housecleaning helped me) that books were already written about housecleaning Inside and outside (for instance, books from Dominique Loreau or Marla Cilley).

Thus, I became aware that my revolutionary idea about the topic already existed haha I feel grateful about it 🙂 as I need my mental to strengthen itself and find new strategies and motivation about it (my coaches would be prayers and books! 🙂 ) It might sound fun but I seriously think that if housecleaning in a deep way is so difficult, it’s because it’s linked to deeper inner mecanism to make clear. Like a therapy. I’m still in its full process. The first book I’ve read recently about the topic is “L’art de l’Essentiel” by Dominique Loreau who encourages simple values and the art of clearing. Simple and useful.

Yet, my “ache” asks for more books (fuel for my motivation). I think that each person can find its own way of functioning 🙂 according to one’s passions. In my opinion, housecleaning is like climbing a road with a bike. When one asks for a break, one goes backwards 😉 Yet, I made breaks (of 2 weeks) but I try no to feel guilty. In every challenge, it’s important to accept one’s own rhythm. Without judging oneself. 🙂

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s