Whiplash (2014) – A musical thriller

Whiplash - Affiche 2“Whiplash” est film américain réalisé par Damien Chazelle. Primé par le public (Sundance 2014), il mérite largement sa place.

Mise en situation: Andrew est un jeune homme de 19 ans dont le rêve est de devenir l’un des meilleurs batteurs de sa génération. Pour cela, il s’entraîne avec un acharnement indéniable durant des heures (à force de sang et de sueur) au sein de Schaffer, le fleuron des conservatoires à Manhattan. La concurrence y est rude et le professeur, Terence Fletcher, y est tyrannique dans sa volonté constante de mener ses élèves à l’excellence – voire au génie – quitte à les violenter physiquement et psychologiquement. Les élus d’un jour n’y sont pas les élus de toujours, et chacun se retrouve sur un siège éjectable permanent.

En allant voir ce film lié à la musique, je ne m’attendais pas à m’identifier autant aux personnages et à ressentir une angoisse aussi extrême. Qui n’a jamais espéré être à la hauteur d’un projet qui compte et ressenti du stress en ce sens? Bref, musicien ou pas, le public se rejoint en un battement de coeur tantôt haletant, tantôt en suspens… une partition riche en émotions.

Whiplash - Andrew effort playing

Sons et cadrages sont harmonisés pour créer cette atmosphère bien particulière. En ce sens, ce film se révèle unique bien que je ne le conseille à aucune personne qui souhaite se relaxer car elle risque de tomber du haut de son siège (nb: il y a cependant un moment jouissif pour le spectateur sans spoiler quoi que ce soit). Mais je le conseille à toute personne qui souhaite partir à la découverte d’un film superbement filmé qui amènent à ressentir une riche palette d’émotions tout en invitant à des réflexions diverses sur le perfectionnisme, le lien au père, les rêves, l’enthousiasme, l’amour, l’estime de soi, la destruction psychologique, l’ambivalence d’une personnalité, la concurrence à la performance….

Tous les acteurs sans exception – en allant de Miles Teller (Andrew) à J.K. Simmons (Fletcher) – y ont un jeu d’exception. La caméra saisit chaque parcelle d’émotion avec une précision désarmante. Aucun personnage ne semble tout blanc ou tout noir. Même le tyrannique Fletcher apparaît par intermittence avec des fissures dans sa carapace.

Bref, un film à voir qui conte la quête d’un rêve quitte à y laisser ses ailes (ou ses baguettes) et qui utilise tous les sens du spectateurs!

Bande Annonce: https://www.youtube.com/watch?v=QAeORUTuoXI

whiplash - drums and blood

“J’ai voulu faire un film sur la musique mais qui ressemble à un film de guerre ou de gangsters, où les instruments remplacent les armes, où les mots blessent autant que les balles.” – Damien Chazelle

***

 “Whiplash” is an american musical movie directed by Damien Chazelle in 2014.

If you connect the word “musical” with “peaceful and happy moments”, let me tell you that it won’t be the case though I still definitely advise you to watch that movie.Whiplash-4523.cr2

The story is about Andrew, a 19 years old young man, who is a student at Schaffer, said to be the best music school in Manhattan. His dream is to be a famous and talented drummer, like the musicians he admires (especially Buddy Rich). His “teacher” is Terence Fletcher, a tyrannical man able to shed a (true or virtual) tear, whose vision of teachings is so connected to his dream to create geniuses that he forget that his students are human beings. Besides, he often justifies his violent methods by a tale about how Charlie Parker became a genius.

The sounds and images achieve to make the audience feel a landscape of emotions, in which distress would definitely be the main color. It makes dive directly into one’s feelings and succeeds into making us identify to the characters, whether we’re musicians or not. In that way, we can say that it is universal (at least, to me!). 

Besides, it does deal with intemporal themes such as dreams, boundaries, perfectionnism, values, love, relationship between father & son, definition of music…

All the actors (from Miles Teller – Andrew – to J.K. Simmons – Fletcher) subtly play with emotions that are beautifully filmed by a camera emphasizing them. 

Who wants to watch a musical movie that would be original and close to a certain reality (because I feel that such situations may exist though it’s quite extreme) should definitely spare 2 hours into that stressful and fascinating “musical thriller masterpiece”.

“It was the emotion I wanted to capture first, before the particulars of the instrument—what does it feel like to be afraid as a musician, to be afraid to go on stage, to be afraid to do something that should just bring you joy?” – Damien Chazelle

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s